Hier un chat est mort. Ce n'était pas n'importe quel chat. C'était un rescapé d'une famille qui avait déménagé, le laissant seul dans le quartier, au bon vouloir des habitants qui ont pour beaucoup de la compassion pour les chats. C'était le chat du quartier. Tout le monde le connaissait. C'en était un éminemment sociable, qui aimait la compagnie des humains malgré l'abandon. Je me souvient, il n'y a pas si longtemps, dès que quelqu'un venait chez moi, le voir débouler la queue frémissante et avide de caresses (et de nourriture si possible). Mais ce fut aussi le dernier et seul compagnon de Diego qu'il amusait de ses facéties de chaton… Il avait un léger strabisme qui lui faisait un joli regard. Depuis l'installation de MaJa, il venait moins souvent dans le jardin, évitant son agressivité. C'était la voisine qui s'occupait de lui. Je l'avais fait opérer et je veillais à ce qu'il ne soit pas infesté de puces et de tiques vu ses déambulations dans les jardins alentour.
Hier, un automobiliste n'a pas su ou pu l'éviter à cause de cette habitude mortelle qu'on les chats de traverser rues et routes sans s'occuper de la circulation… Je l'ai trouvé sur le trottoir, définitivement inerte, un filet de sang dégoutant de sa gueule et déjà froid… Il n'avait pas de nom. Je l'avais simplement surnommé le P'tit rouquin. Les chats se fichent complètement d'avoir un nom pourvu qu'ils aient un minimum de confort matériel et quelques papouilles.
Pourquoi la mort de ce chat me bouleverse ainsi au delà de l'affection que j'avais pour lui. Je ne peux plus supporter la mort stupide et inutile  d'animaux, d'êtres vivants surtout lorsqu'elle est le fait d'humains. Encore s'impose à moi cette image insupportable d'un chemin arrêté net alors que le propre d'une vie est d'aller vers l'avant, vers un futur envisageable, vers un avenir. Ici, une fois de plus, une ligne de vie a été coupée brutalement dans l'indifférence générale. Ce n'est qu'un chat…
Hier, le P'tit rouquin est mort.  Il repose aux cotés de Diego...
PS : Surtout que personne ne vienne me dire qu'il y a des catastrophes dans le monde bien plus graves que la mort d'un chat...