À propos des élections umpistes : Copé a tenté et réussi son golpe, significatif de sa mentalité autoritariste. Le principe : on magouille à fond et en force en tablant sur la mémoire courte des électeurs. Dans quelques jours, plus personne ne s'intéressera à cette pantalonnade (par lassitude, la tactique habituelle sarkozyste) et ce sera reparti comme en 40, surtout pour les supporters hallucinés de l'impétrant. D'autant plus que Fillon se défend mollement et laisse sa place. Cela a quelque chose de particulièrement inquiétant pour la suite des événements et notamment si cette droite revenait au pouvoir sous la férule de Copé. À coté, le système Sarkozy ressemblerait à des jeux pour bisounours et le Pen semblerait un(e) gamin(e)...