"Le nombre de fonctionnaires diminue partout, menaçant le bon fonctionnement des services publics (éducation, santé...). Ces mesures sont irresponsables d'un point de vue politique et social, et même au strict plan économique, puisqu'elles vont maintenir les pays européens dans la récession", estiment Philippe Askenazy (CNRS), Thomas Coutrot (conseil scientifique d'Attac), André Orléan (CNRS, EHESS) et Henri Sterdyniak (OFCE). (Le Monde du 15/09/10)

L'entreprise de destruction massive des « fondamentaux » de l'état (fonctionnaires de tous les services publics de ce dernier) consciencieusement et obstinément poursuivie par Sharkosy a pour but de proposer des finances assainies pour 2012. Qu'il dit. Dessous se profile évidemment la privatisation forcenée de ces services.

- « Ah, vous voyez, les hôpitaux publics sont incapables d'être efficients. Il faut aller dans les cliniques privées. »

Déjà les médecins de tous poils ont pris l'habitude insidieuse d'envoyer leurs patients vers le privé (analyses de toutes sortes, examens, etc.).
Il va en être de même à court terme pour tous les autres services :
- la police : après l'instauration des polices urbaines, véritables milices à la solde du maire, la suppression de la police de proximité, la réduction des effectifs et des moyens, à quand les officines de sécurité privées « complétant la mission de la police » ? Déjà toutes sortes d'agents de sécurité ont des prérogatives exorbitantes...
- l'enseignement : l'enseignement public est sournoisement dénigré grâce aux media qui se délectent maintenant de comparatifs de qualité des établissements. Sous entendu : le privé est meilleur... Evidemment, la réduction aussi des effectifs est de mise et certains établissements ont été « autonomiés ». Avec des budgets anémiques, ils dégraissent à tour de bras, réduisant d'autant la qualité des services et entrant de ce fait dans le tableau des mauvais... 
- la santé : non seulement les hôpitaux sont amputés de leurs personnels et de leurs budgets, mais, pour mieux les préparer à une privatisation rampante, ils sont fortement incités à être « autonomes ». Du coup le privé ne manque pas de s'engouffrer dans cette porte et prend petit à petit les commandes du public. Comme pour l'enseignement, il existe aussi, toujours grâce aux media, des comparatifs d'hôpitaux. Ainsi ceux mal classés ont ils une chance de s'en sortir...
- la justice est mise aux ordres par tout un ensemble de mesures : réduction drastique des effectifs, fermeture des tribunaux « non rentables », dénigrement permanent et isolement des juges d'instruction...
De même pour les autres administrations proprement dites dont les effectifs sont fortement réduits alors que le travail s'accumule.
Certains grands services public ont déjà été privatisés comme la SNCF, France Télécom, EDF-GDF. Ces entreprises deviennent incontrôlables et agissent comme bon leur semble.
Le gouvernement dilapide à tour de bras les biens (immobiliers) publics, favorisant les investisseurs privés et, si possible, les amis...

La diminution du nombre de fonctionnaire n'est qu'un aspect du dépeçage programmé de la France.

Je suis révolté, en colère et en même temps si las...