Voilà que ce matin une jeune étudiante en journalisme est venue me titiller sur mon activité (métier ? qui a dit métier ? ) d'écrivain public. De fil en paroles, je lui ai parlé de ce blog que j'ai abandonné depuis la mort de ma Chérie. Mais bon, je n'ai pas pu résister et je me suis pris à le relire... Ça ne me paraît pas trop mal même si je m'y suis souvent énervé contre « ce nain qui nous gouverne ». De toute façon, je suis d'accord avec moi, ce qui n'est pas peu de chose. La question est : puis-je reprendre ce blog ? Encore se repose la - MA - question : de quel droit puis-je avoir du plaisir à écrire ? J'ai toujours cette gêne à avoir du plaisir à faire quelque chose alors que la mort m'a enlevé mon bonheur. D'aucuns me répètent que je dois refaire ma vie. Le plus fort est que j'ai bien envie de ce faire. Mais, reste cette gêne... Arriverai-je à m'en défaire ? Peut être que c'est le premier pas qui coûte... Le fais-je ?